Le vitrail au plomb

Si vous aimez l'objet Le vitrail au plomb, n'hésitez pas à le faire savoir en cliquant sur

ou

Le vitrail, assemblage de pièces de verre coloré ou clair, opaque, opale ou givré. Qu’il soit composé de verres soufflés, laminés, polis, étirés, flottés, peints ou fusionnés, le vitrail assemble toutes ses pièces grâce au plomb, au cuivre ou à la fusion.

Le plomb se présente sous forme de baguettes. Celles-ci sont  utilisées pour assembler les pièces de verre,  » plomb de sertissage », dans un panneau et pour border celui-ci, (plomb d’entourage). De dimensions variées, sa section, généralement en H, forme une double rainure, dans laquelle viennent se placer les tranches de deux pièces de verre voisines. Il est alors possible d’assembler comme un puzzle le vitrail. La partie centrale du plomb, appelée  » l’âme  » ou le  » cœur  » sert de butée aux verres, et les parties latérales se nomment  » les ailes  » qui se referment sur le verre.

Il existe plusieurs dimensions de plomb, ce qui permet de « dessiner » avec les baguettes, comme avec des traits de crayon plus ou moins épais.  Il enlace les formes, dessine leurs silhouettes ou, seul, marié au verre clair, il crée les espaces, traits noirs sur fond blanc.

La toile tissée par les baguettes de plomb est soudée aux intersections, puis mastiquée. Cette méthode dite traditionnelle existe depuis le 5éme siècle et reste quasiment intacte. Bien d’autre techniques sont apparues au fil des siècles mais celle-ci est toujours d’actualité. Maintenant les techniques se mixent pour donner de nouveaux résultats.

Le plomb peut se marier avec le cuivre de la technique  » Tiffany », ainsi que relier des pièces de verre travaillées au fusing. Il lie les pièces, ne  racontant plus les hauts faits de l’histoire religieuse ou non, mais débarque dans le monde de la Bande-dessinée moderne. La toile qu’il tisse devient de moins en moins géométrique pour tendre vers les formes dilatées et libres

Vous êtes arrivé via : créateur de vitraux assemblage